Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
FR Frankreich, Francia, France, Francia, France
Kalender, Calendario, Calendrier, Calendario, Calendar

A

an, année, Jahr, Jahreskreis (W2)

So wie das "Jahr" vermutlich auf ahd. "jar" mit der Bedeutung "Gang" "(Ver-, Um-)Lauf" geht auch das frz. Jahr auf lat. "annus" = "Kreis", "Umlauf" (der Erde um die Sonne) zurück.

Der manchmal verwendete Ausdruck "Jahreskreis" wäre demnach also ein "weisser Schimmel", ein "Umlaufkreis".

annuaire

Das frz. "annuaire" steht für "Kalender", "Jahrbuch", "Jahresübersicht", "Verzeichnis"' und wird gerne zur Bezeichnung z.B. von Telefonbüchern benutzt "annuaire du commerce" = "Branchenadressbuch" oder "annuaire des téléphones" = "Fernsprechbuch".

Die Grundlage für "annuaire" ist das lat. "annus" = "Jahr". Und da Fernsprechbücher ja i.d.R. jährlich erneuert werden, passt die Bezeichnung "Jahrbuch" ja gar nicht schlecht.

août (W2)

"Août" vient du lat. "agustus" ou "augustus", nom substitué à sextilis mensis, en l'honneur de l'empereur "Auguste".

aujourd'hui
heute (W1)

(E1)(L1) http://www.locutio.net/
In der Rubrik "Etymologie" findet man u.a. "aujourd'hui":


"Aujourd'hui" pas d'actualité étymologique.

Alors intéressons nous à ce mot. "Aujourd'hui" est formé de quatre mots: "au", "jour", "de" et "hui". Autrefois un seul de ces mots, "hui" (ou "ui") suffisait pour dire la même chose (Plustost huy que demain). "Hui" vient de l'adverbe latin "hodie" qui signifie: "en ce jour", "aujourd'hui" qui vient lui-même de "hoc die", expression formée du démonstratif "hic" masculin ("hoc" à l'ablatif) et du substantif "dies" ("die" à l'ablatif) = "jour". Mais revenons à "hui". A ce mot qui paraissait sans doute trop court à nos ancêtres, on a ajouté l'expression redondante: "au jour". Ce qui fait que "aujourd'hui" est à présent l'équivalent de: "au jour de ce jour". Ce pléonasme n'étant sans doute pas encore suffisant, on ne craint pas de dire parfois: "au jour d'aujourd'hui"... Peut-être que cette volonté de bien vouloir marquer le temps présent, car "aujourd'hui" représente, en quelque sorte, le "présent dans la courte durée", le "véritable" présent n'étant que le moment éphémère durant lequel je parle, point infime, peut-être même imaginaire, qui oscille entre le passé et le futur, marque bien cette difficulté d'appréhender le fugitif instant.
Résumons: le passé et le futur, tout le monde en conviendra n'existent pas, presque par définition; le présent est égal à une seconde sur moins l'infini. On en arriverait à penser que l'existence se situe en dehors du temps. Mais à chacun son opinion.


Das "hui" von "aujourd'hui" geht also wie "heute" auf lat. "hodie", "hoc die" = "(an) diesem Tag" zurück. Im Deutschen heißt also "heute" = "dieser Tag".
Im Französischen wurde das lat. "hoc die" verkürzt zu "hoc", "hui" = "dieser". Da dies dann doch wieder zu kurz war, setzte man frz. "au jour de" davor. Damit ergab sich der "weisse Schimmel" ("Pleonasmus") "au jour de 'hoc die'" = "(am) Tag von diesem Tag" = "heutzutage" = "dieser Tag zu Tage". Das sieht man dem frz. "aujourd'hui" heute allerdings nicht mehr an.
Die Spitze, sozusagen der "weiße Albino-Schimmel", der pleonastische Pleonasmus, ist der Ausdruck "au jour d'aujourd'hui", wörtlich "am Tag des Tages von diesem Tag".
Aber auch im Deutschen findet man solche komplexen Pleonasmen. Die erste Variante ist der "heutige Tag" = "dieser Tag Tag". Und wenn man ganz sicher gehen will, kann man sagen "an diesem heutigen Tag" = "an diesem diesem Tag Tag".
Also wenn es "heute, an diesem heutigen Tag" nicht passiert, dann wohl nie mehr. - Aber das weiß man "heutzutage" auch nicht mehr.

(E?)(L?) http://www.ahlabellelangue.com/p3.php?init=a

Est-ce correct de dire "au jour d'aujourd'hui"?
Réponse: C'est un pléonasme! "Aujourd'hui" suffit! Au même titre que: monter en haut, enfin pour finir, comme par exemple, emmener par la main, ajouter en plus... et toutes les expressions qui courent actuellement...


(E1)(L1) http://www.xs4all.nl/~adcs/woordenweb/a/A2.htm#Frans


(E1)(L1) http://www.xs4all.nl/~adcs/woordenweb/d/dies.htm


B

C

calendes grecques (W2)

(E?)(L?) http://www.ac-orleans-tours.fr/lettres/coin_eleve/etymon/phys/calend.html
Die Griechen hatten keine "kalendae" (Ausrufungstage (des neuen Monats)), deshalb erledigte man unliebsame Dinge gerne an den frz. "calendes grecques" = "une époque qui n’arrivera jamais", also am "St. Nimmerleinstag".

Calendrier (W2)

(E?)(L?) http://www.ac-orleans-tours.fr/lettres/coin_eleve/etymon/phys/calend.html
Der frz. "calendrier" geht wie der dt. "Kalender" auf den ersten Tag im römischen Kalender zurück. An diesem Tag riefen die Priester den neuen Monat auf. Aber da Religion und Kommerz schon immer eng verbunden waren - trotz gegenteiliger Behauptungen - wurden an diesem Tag auch der aktuelle Schuldenstand (vielleicht vergleichbar mit den aktuellen Zinssätzen) oder die zu entrichtenden Steuern verkündet.


Les "Calendae" (du verbe "calo" qui signifie "placer", "poser") sont à l'origine les jours repères placés, fixés pour le paiement des échéances (= "fällige Zahlungen"). Le tout était consigné sur un "registre de dettes" (= "Schuldenregister").


Calendula (Asteraceae) (W3)

(E?)(L?) http://erick.dronnet.free.fr/belles_fleurs_de_france/c.ety.htm

"Du latin "calendae", "les calendes"; la plante fleurissant toute l'année." (Coste)

"Nom formé au Moyen Âge, du latin "calendae", 1er jour du mois, probablement avec un sens analogue à "calendrier", "almanach", indicateur météorologique: les capitules s'ouvrent et se ferment en liaison avec l'apparition du soleil." (Fournier)


Chandeleur (W3)

Das Fest "La Chandeleur" = dt. "(Mariä) Lichtmess" wird am 02. Februar gefeiert. In Frankreich ist es Sitte, an diesem Tag frz. "crêpes" zu backen (und zu essen).

Frz. "Chandeleur" = dt. "(Mariä) Lichtmess" geht zurück auf frz. "chandelle" = dt. "Kerze" und damit auf lat. "candela" = dt. "Wachskerze", "Talgkerze". Damit wird Bezug genommen auf das Verb lat. "candere" = dt. "weiß glänzen", "hell glühen", "glühend heiß sein".

Die in Frankreich typischen "Crêpes" sollen dabei an die lichtspendende Sonne erinnern und soll sich auf einen alten - vielleicht schon vorchristlichen - Brauch beziehen, oder zumindest daran anknüpfen.

Die Bezeichnung des religiösen Festes bezieht sich auf die Kerzen, die bei der Prozession zu Ehren Marias getragen wurden, die ihrerseits Jesus, "das Licht der Welt" in ihrem Schoß getragen hatte. In der katholischen Kirche wurde das Fest "festum candelorum" = dt. "Fest der Kerzen" genannt. Im Jahr 1119 ist die Bezeichnung "chandelur" nachweisbar, im Jahr 1260 findet man bereits die heutige Form "chandeleur".

Adelung schreibt dazu:

Die "Lichtmesse", plur. die -n, eine alte noch sehr übliche Benennung des Festes der "Reinigung Mariä", welches auf den 2ten Febr. fällt. Im Schwabenspiegel "Licht messe", im Engl. "Candlemass", im Franz. "Chandeluse", "Chandeleure", im mittlern Lat. "Candelaria". Es hat den Nahmen von den Kerzen oder "Lichtern", welche in der Römischen Kirche an diesem Tage geweihet werden, und mit welchen die Prozession gehalten wird; daher dieses Fest auch mehrmahls die "Lichtweihe", die "Kerzenweihe" genannt wird. "Messe" bedeutet in den mittlern Zeiten sehr häufig auch das "Fest eines Heiligen", wie aus des Du Fresne Glossario erhellet. Papst Gelasius soll dieses Fest anstatt der heidnischen "Lupercalien" eingeführet haben.

(E?)(L?) http://www.arte.tv/de/europa/karambolage/archiv/103402,year=2006.html
Karambolage 72 - Sonntag, 22.1.2006 - Die "Chandeleur"


...
Ursprünglich ist es wohl ein heidnisches Fest bei dem der Crepe die Sonne symbolisierte, die nach dem langen Winter endlich zurückkehrt. Die Bauern glaubten, wenn sie am Tag dieses Lichterfestes keine Crepes backen würden, verderbe ihr Weizen. Das Wort "Chandeleur" kommt von "chandelle" - "Kerze" - und geht auf die alten Römer zurück, die während des alljährlichen Parentaliafestes ihrer Toten gedachten, indem sie Kerzen und Fackeln ansteckten. Die Päpste verwandelten im fünften Jahrhundert diesen alten heidnischen Brauch in ein christliches Fest: 40 Tage nach der Geburt Jesu wurde seine Darstellung im Tempel gefeiert. In einer Prozession trug man "geweihte Kerzen" - "chandelles" - die anschließend mit nach Hause genommen werden mussten, ohne dass sie ausgingen. Man glaubte an ihre magischen Kräfte: sie vertrieben böse Geister, Unwetter, den Tod und andere Dämonen. Wie heißt es doch in dem alten Spruch: "Wer heil nach Hause bringt sein Licht, stirbt in diesem Jahre nicht."
...


(E1)(L1) http://www.cnrtl.fr/etymologie/chandeleur


(E?)(L?) http://www.cornelsen.de/lehrkraefte/1.c.2124922.de


(E?)(L?) http://monsu.desiderio.free.fr/almanach/chandeleur.html

...
Le nom apparaît en français en 1119 sous la forme "chandelur", puis en 1262 comme "chandeleur" . Elle est issue par ellipse de l'expression latine "festa *candelorum" (masculin-neutre) avec changement de genre pour "festa candelarum" (féminin) "fête des chandelles", sous l'influence de "festa cereorum" "fête des cierges", ces mots étant souvent associés. La construction en ancien français était la "feste chandeleur", nostre dame chandeleur. On a affaire à un génitif pluriel différent des constructions du type hôtel-Dieu (l'hôtel de Dieu), haute-mère-Dieu (la grande mère de Dieu).
...


(E1)(L1) http://www.lexilogos.com/calendrier_chandeleur.htm

La "chandeleur" = "Mariä Lichtmeß" se fête le 2 février. Ce nom vient de l'expression "festa candelarum": la "fête des chandelles". Le latin "candela" désigne une "bougie" = "Kerze": il a donné en français la "chandelle" qui s'est effacée devant la "bougie", d'origine algérienne.


(E?)(L?) http://www.marmiton.org/recettes/selection_chandeleur.aspx

La chandeleur, c'est le 2 février ! Ainsi, au plus fort de ce que l'on a quelques temps fort justement appelé 'pluviose', il est bon de se réchauffer en préparant et en dégustant de bonnes crêpes. Marmiton vous présente l'historique de la Chandeleur et, bien sûr, toute une fournée de recettes de crêpes pour la Chandeleur !
...


(E?)(L?) http://www.marmiton.org/magazine/histoires-gourmandes.aspx?Edi_ID=44

...
C'est au 5ème siècle après JC que l'église catholique remplaça le vieux rite païen des "lupercales" (du nom de "Lupercus", dieu romain de la fécondité) par la chandeleur, dont le nom vient de "chandelle", du fait que cette célébration est associée à la lumière.
...


(E?)(L?) http://www.meilleurduchef.com/cgi/mdc/l/fr/apprendre/reportage

De la Chandeleur au Mardi Gras
Chandeleur et Crêpes
Etymologiquement parlant, la "chandeleur", (autrefois la "chandeleuse"), vient du mot "chandelle".
Mais comme beaucoup de fêtes judéo-chrétiennes, la chandeleur trouve son origine dans un mixage des traditions païennes et des religions juive et chrétienne.
...


(E2)(L1) http://www.pourquois.com/societe/pourquoi-mange-crepes-chandeleur.html
Pourquoi mange-t-on des crêpes à la chandeleur.

(E?)(L?) http://encyclopedie.uchicago.edu/node/175


(E?)(L?) http://artfl.uchicago.edu/cgi-bin/philologic31/getobject.pl?c.17:8.encyclopedie1108

CHANDELEUR, Mallet, [Theology; Théologie; Theolog.]
...
Elle tire son nom des cierges allumés qu'on y benit, & que le clergé & le peuple y portent à la procession, comme des symboles de Jesus - Christ, la véritable lumiere qui venoit éclairer les Gentils, comme il est dit dans le cantique de Siméon, qu'on chante à cette cérémonie.
...


(E?)(L?) http://encyclopedie.uchicago.edu/node/175


(E?)(L?) http://artfl.uchicago.edu/cgi-bin/philologic31/search3t?dbname=encyclopedie1108&word=&dgdivhead=%5Ep&dgdivocauthor=&dgdivocplacename=&dgdivocsalutation=&dgdivocclassification=&dgdivocpartofspeech=&dgdivtype=&CONJUNCT=PHRASE&DISTANCE=3&PROXY=or+fewer&OUTPUT=conc&POLESPAN=5&KWSS=1&KWSSPRLIM=500


(E?)(L?) http://thesaurus.unice.fr/recMot/indexMot.html

LEMME - DEPARTEMENT(S)


(E1)(L1) http://ngrams.googlelabs.com/graph?corpus=7&content=Chandeleur
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "Chandeleur" taucht in der Literatur um das Jahr 1600 / 1730 auf.

Erstellt: 2011-02

cornelsen.de
Fêtes et Traditions

(E?)(L?) http://www.cornelsen.de/teachweb/1.c.44252.de
Französische Feste und Traditionen schülergerecht erklärt, mit Web-Adressen zum Weitersurfen



Erstellt: 2005-05

D

dimanche (W3)

Im 4.Jh. bildete sich aus lat. "dies dominicus" = dt. "Tag des Herrn", frz. "dimanche" und span. "domingo".

E

étrenner
Étrennes (W3)

Frz. "étrenner" (1175) = dt. "zum ersten Mal benutzen", "zum ersten Mal tragen", "einweihen" geht über altfrz. "estrener" = dt. "ein Geschenk machen", "étrenner" (1680) = dt. "etwas zum ersten Mal benutzen", frz. "étrenne" zurück auf lat. "strena" = dt. "gutes Vorzeichen", "Neujahrsgeschenk" (als Zeichen eines guten Wunsches), daher auch frz. "Étrennes" = dt. "Neujahrsgeschenk". Die römische Göttin "Strénia" wurde wohl benannt in Bezug auf lat. "strenuus" = dt. "kräftig", "rüstig", "aktiv", "tüchtig", "entschlossen". Es liegt nahe, dass auch dt. "streng", ahd. "strengi" = "stark", "tapfer", "tatkräftig" in dieses Umfeld gehört. Auch der verwandte dt. "Strang" = "Zusammengedrehte" mit der Bedeutung "fest gedreht", "straff" ist hier zu finden.

Das "Neujahrsgeschenk" ist also eine "ernste" Angelegenheit, das die Götter für das kommende Jahr gnädig stimmen soll.

Da der name der Göttin "Strénia" auch die Konnotation "drehen" zulässt, fällt mir noch die Ähnlichkeit zum "Januar" ein. Dieser trägt ja den Namen des doppelgesichtigen Gottes "Ianus", der an den Türen (und am Jahreswechsel) sowohl nach innen als auch nach außen bzw. sowohl zurück als auch nach vorne schaut. Analog könnte man auch assoziieren, dass sich die "drehende" Göttin "Strénia" am Jahreswechsel vom alten zum neuen Jahr wendet. Aber diese Deutung ist vermutlich zu weit interpretiert.

(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/étrenner


(E?)(L?) http://www.france-pittoresque.com/traditions/58.htm

ORIGINE ET HISTOIRE DES ÉTRENNES DU NOUVEL AN
(D'après « Lettre de Jacob Spon à Stoffel » paru en 1674 et « Le Mercure » de juillet et décembre 1735)
En parlant des "étrennes", on ne peut se dispenser de remonter, non pas aux Grecs, mais du moins aux Romains, inventeurs de cet usage. Le premier endroit de l'histoire romaine nous apprenant cette coutume est de Symmachus, auteur ancien, qui nous rapporte qu'elle fut introduite sous l'autorité du roi Tatius Sabinus, qui reçut le premier la verbène (verveine) du bois sacré de la déesse Strénia, pour le bon augure de la nouvelle année ; soit qu'ils s'imaginassent quelque chose de divin dans la verbène, soit qu'ils faisaient allusion au nom de cette déesse Strénia, dans le bois de laquelle ils prenaient la verbène, avec le mot de "strenuus", qui signifie "vaillant" et "généreux" : aussi le mot "strena", qui signifie "étrenne", se trouve quelquefois écrit "strenua" chez les Anciens, pour témoigner que c'était proprement aux personnes de valeur et de mérite qu'était destiné ce présent, et à ceux dont l'esprit tout divin promettait plus par la vigilance que par l'instinct d'un heureux augure.
...


Erstellt: 2010-12

F

feiertagskalender
Feiertage - Frankreich - Regionen

(E?)(L?) http://www.feiertagskalender.ch/index.php?geo=3079&jahr=2006&look=liste&klasse=5&hl=de&hidepast=0

Aquitanien | Auvergne | Basse-Normandie | Bretagne | Burgund | Centre | Champagne-Ardenne | Elsass | Franche-Comté | Haute-Normandie | Korsika | | Limousin | Lothringen | Midi-Pyrénées | Nord-Pas-de-Calais | Pays de la Loire | Picardie | Poitou-Charentes | Provence - Alpes - Côte d'Azur | Rhône-Alpes


fête - LES FÊTES TRADITIONNELLES (W2)

(E2)(L1) http://racines.traditions.free.fr/festes/


(E2)(L1) http://racines.traditions.free.fr/festes/festes.pdf

Notre mot "fête" vient du latin "feria", "fesiae", de "Fas": idée de ce qui est "sacré" (= dt. "geheiligt", "geweiht"). Un "Fanum" - de "fas-num" - est un lieu sacré, c’est celui où se déroulent nos rites festifs comme nous l’avons vu dans le premier livre de cette étude, au § "Les Champs de Mai" (in Le festival communautaire d’Aspremont s/ Furon)

Une autre étymologie, tout aussi latine, fait venir le mot du verbe "ferir" = "frapper" (= dt. "verletzen", "verwunden", "schlagen"), d'où "dies festus" "jour frappé" d'un signe spécial (ce qui est aussi un des sens du mot "tabou"). On pensera au "jour du Soleil" - "dominus" - qui est "frappé" du son des tambours d'airain, ou cloches de bronze sous l'action du marteau du Jacquemart (cf. all. "Glocke" et angl. "clock" "pendule").


france-pittoresque
Origine et Légende des Mois
L'histoire du calendrier

(E1)(L1) http://www.france-pittoresque.com/almanach/index.htm

Des extraits d'almanachs pour mieux connaître l'origine des mois et du calendrier, leur naissance et leur histoire chez les différents peuples, les légendes s'y rapportant, les travaux saisonniers liés à la vie quotidienne de nos ancêtres.

L'HISTOIRE DU CALENDRIER
(D'après le Calendrier éphéméride de Louis-Ange Pitou, paru en 1808)
Les Romains commençaient l'année au premier mars; c'est d'après eux que les mois de "septembre", "octobre", "novembre" et "décembre" conservent encore aujourd'hui leur dénomination dans le calendrier romain. Sous la monarchie française, l'année catholique commença à Noël et à Pâques. L'année, commençant à Pâques, était tantôt de onze mois et tantôt de treize, suivant le détours de la lune, ce qui devait gêner le commerce.

En 1564, un édit de Charles IX fit invariablement commencer l'année au "premier janvier 1565". Cet édit fut suivi en France jusqu'en 1792, où la république succéda à la monarchie, et changea entièrement l'ordre et le nom du calendrier. L'année commença "au 22 septembre". Les noms des mois anciens furent remplacés par des noms analogues aux fleurs, aux prés, aux saisons, etc.

Tous les mois de cet annuaire étaient de trente jours; plus, cinq jours complémentaires pour les années ordinaires, et six pour les années bissextiles. Les saints de l'ancien calendrier étaient remplacés par les noms des légumes et des arbres, ou par ceux des grands hommes de chaque siècle, en attendant que la France eût compté ses mois et ses jours par ses héros, ou par ses personnages célèbres dans sa révolution, et dans celle des autres peuples.

En 1806, deux ans après l'élection de Bonaparte comme Empereur, le calendrier républicain est réformé, et la France adopte deux annuaires, celui de l'empire, qui répond au 2 décembre, premier de l'empire; et l'ancien, nommé "calendrier grégorien", qui commence "au premier janvier".

Ce retour à l'ancien ordre des choses a ramené les anciens usages des visites, des compliments, et surtout des étrennes, dont l'origine date de loin.

L'histoire du calendrier | Janvier | Février | Mars | Avril | Mai | Juin | Juillet | Août | Septembre | Octobre | Novembre | Décembre




(E?)(L1) http://www.france-pittoresque.com/
"La France pittoresque" ist eine umfangreiche Portalseite zur Geschichte Frankreichs ("portail web sur l'histoire de France"). Das Angebot ist wirklich sehr umfangreich und verspricht viele Entdeckungen. Ausser einem kleinen Pop-up beim Aufruf der Site ist mir nichts Negatives aufgefallen.

Mindestens die Artikel über die Monate unter "France hier" - "Origines des mois" passen auch zum Etymologie-Portal.

G

H

I

J

K

L

lexilogos
Origines des fêtes

(E1)(L1) http://www.lexilogos.com/


(E1)(L1) http://www.lexilogos.com/calendrier.htm


M

marikavel - calendriers-concordances

(E?)(L?) http://marikavel.net/calendriers-concordances.htm
Tableaux des concordances linguistiques
des noms des mois et des jours
dans les langues nationales

Mercredi
Mittwoch (W3)

Der Kalendertag frz. "Mercredi", ital. "mercoledì", span. "miércoles", lat. "dies Mercurii" = "Mittwoch" geht zurück auf den römischen Gott "Merkur" ("Tag des Merkur").

Der dt. Mittwoch", mhd. "mittewoche" war nach der römischen Zählung mit Sonntag als dem ersten Tag der Woche wirklich der Tag in der Mitte der Woche.

In England setzte man dem "Merkur" den "Wotan" zur Seite und nannte den "Mittwoch" engl. "Wednesday".

(E1)(L1) http://www.e-welt.net/bfds_2003/veroeff/archiv/2004-4_S18-20.pdf


N

noelepiphanie
De Noël à l'Épiphanie

Diese Seite erklärt viele Aspekte "von Advent, Weihnachten bis Dreikönigsfest", u.a. die Ursprünge von Symbolen (Krippe, Tanne, Weihnachtskuchen, Süßigkeiten, Neujahrsgeschenke, grüne Zweige, das Weihnachtspersonal, Kuchen, Bohne, ...).

(E?)(L?) http://pagesperso-orange.fr/compilhistoire/noelepiphanie.html

AVENT, NOEL ET EPIPHANIE

SOMMAIRE

1. L'AVENT | 2. FETE DE NOEL | 2.1 Définition et origine | 2.2 Le solstice d'hiver | 2.3 Des Saturnales aux Sigillaires. | 2.3.1 Les étrennes | 2.4 Historique | 2.5 Citations | 3. FETES DES FOUS | 3.1 A Sens | 3.2 L'Infanterie dijonnaise | 3.3 A Rouen et Evreux | 3.4 Autres fêtes en France | 3.5 Abbé, évêque et pape des Fous | 4. LE SAPIN DE NOEL | 5. LE FEUILLAGE DE NOEL | | 5.2 Le lierre | 5.3 Le houx | 5.4 Le gui | 5.5 Le chêne | 6. LA BUCHE | 7. LA GROTTE | 8. LA PAILLE | 9. LA CRECHE | 9.1 Définition | 9.2 Historique | 9.3 Citations | 10. L'ETOILE | 10.1 L'astre des rois | 11. LES MAGES ET L'EPIPHANIE | 11.1 Les Mages | 11.2 L'Epiphanie | 11.3 Galette et fève | 11.4 Citations | 11.5 Hymne de l'Epiphanie | 11.6 Hymne de la Nativité | 12. Le Vieux. Odin. Enfant Jésus. Santa Claus. Père Noël | 12.1 Le Vieux | 12.2 Odin | 12.3 Gargan | 12.4 Weihnachtsmann (l'Homme de Noël) | 12.5 Enfant Jésus, Christkindel, Sainte-Lucie et fées de Noël | 12.6 Santa Claus, Père Noël. | 12.6.1 Présentation | 12.6.2 Historique | 12.6.3 Noël dans le monde | 12.6.4 La demeure du Père Noël | 12.6.5 Le courrier du Père Noël | 12.7 Pérennité du mythe | 13. Citations | 14. Dictons météorologiques


O

P

Q

R

Renvoyer aux calendes (W2)

(E?)(L?) http://www.alyon.asso.fr/litterature/regles/origine_des_expressions.html

Repousser un évènement ou quelque chose à faire pour une date indéterminée, qui n'existe pas.
Les premiers jours du mois romains étaient nommés calendes et fixaient le paiements des dettes. Les romains utilisaient déjà l'expression "payer aux calendes grecques" car les Grecs eux n'avaient pas de calendes dans leurs mois.


S

semaine (W3)

Frz. "semaine" (1050) = dt. "Woche" geht zurück auf lat. "septimana", "septimanus" ("relatif au nombre sept") = wörtlich dt. "siebenartig", "bezüglich der Zahl Sieben" (lat. "septem", frz. "sept").

(E?)(L?) https://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue

Dimanche : premier ou dernier jour de la semaine ? (sommaire)

Le dimanche (du latin chrétien dies dominicus, « jour du Seigneur ») était encore défini par la septième édition (1878) du Dictionnaire de l’Académie française comme le premier jour de la semaine. Dans la huitième édition (1932), il devenait le dernier. La neuvième édition, en cours de publication, indique :

Traditionnellement, et aujourd’hui encore dans la langue religieuse, premier jour de la semaine qui commémore la résurrection du Christ ; il comportait aussi la prescription du repos. Dans la langue courante, septième et dernier jour de la semaine.

Il existe d’ailleurs une recommandation de l’Organisation internationale de normalisation qui définit les normes ISO, allant dans ce sens ; d’autre part, la présentation des agendas en rend compte, le dimanche figurant en fin de page ou de double page.


(E?)(L?) https://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue

Jours de la semaine (pluriel et majuscules) (sommaire)

Les noms des jours de la semaine, tout comme les noms des mois, sont des noms communs. Ils sont donc variables en nombre et s’écrivent en minuscules. On écrira ainsi : Les membres de l’Académie française se réunissent tous les jeudis.


(E?)(L?) http://blog.alorthographe.com/2011/01/05/semaine-etymologie-et-histoire/

Semaine : étymologie et histoire

Publié le 5 janvier 2011 par alorthographe

Le nom féminin "semaine" vient du latin ecclésiastique "septimania" (Code Théodosien), qui signifie "groupe de sept jours". C’est le féminin substantivé de "septimanus" qui signifie "relatif à sept". "Septem" et "mane" = "sept matins". L’origine du mot actuel remonte à la fin du XIe siècle mais l’idée de semaine existait bien avant. Pourquoi 7 jours? L’explication la plus plausible est en rapport avec les phases de la lune, elles-mêmes durant 7 jours. Dans l’Égypte antique, le mois était lui-même divisé d’après les phases lunaires. Les Hébreux connaissaient également la semaine (cf. la Genèse), les Romains aussi à l’époque de Jésus Christ. La semaine a également été adoptée par l’islam qui contribua à sa diffusion.


(E?)(L?) https://www.anglo-norman.net/entry/semaine

Anglo-Norman dictionary

"SEMAINE" (1256)

semain, semein, semeine, semeigne, semene, semenie; simane, simaine, semagne, semaigne, semein, semeign, semeine, semeigne, semenie, semoigne; samaigne, sameine; somein, someine; sumeigne, summeigne; sepmain, septmain, septmaine, septmaigne; septimasne; cemeine,

(pl. septimanz Windsor 210, sesmeins Stats I 27, soigmaine TNA SC 8/113/5631, symaugnes YBB 15 Ed III 97)
...


(E?)(L?) https://www.cnrtl.fr/etymologie/semaine

"semaine"

Étymol. et Hist.


(E?)(L?) https://eduscol.education.fr/recherche




(E?)(L?) https://www.expressio.fr/expressions/la-semaine-des-quatre-jeudis

semaine des quatre jeudis [adv]

jamais ; aux calendes grecques ; à la Saint-Glinglin ; quelque chose d'impossible ; quand les poules auront des dents ; quelque chose qui n'arrivera jamais

Origine et définition

Cette expression existait dès la fin du XVe siècle, sous la forme 'la semaine à deux (à trois) jeudis'.

Au XVIe, elle est devenue 'la semaine des trois jeudis' avant de prendre la forme d'aujourd'hui au XIXe.

Elle fait allusion à une semaine, aussi impossible ou inexistante que la Saint-Glinglin, qui contiendrait deux, trois ou quatre jours identiques.

Pendant la période où les enfants avaient leur jour de repos scolaire le jeudi, on y a aussi attaché le sens d'une semaine utopique, car pleine de jours de loisirs.
...


(E?)(L?) https://www.heinrich-tischner.de/22-sp/7sprv/woche.htm

...
Griechisch, lateinisch, romanisch

Dem entspricht griech. "hebdomás" = "Siebenzahl", "Woche", ngriech. "evðomáða", klat. "hebdomada" = "Woche". Die romanischen Sprachen benutzen ein vlat. "septimana" (= it., span., port. "semana", frz. "semaine", rum. "saptamîna" = "Siebenheit"). Von dort wohl amhar. "sammïnt".
...


(E?)(L?) http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?Al=2&T1=Semaine




(E?)(L?) https://www.pourquois.com/histoire_geo/pourquoi-premier-jour-semaine-est-different-selon-pays.html

Pourquoi le premier jour de la semaine est différent selon les pays ?

De façon générale, le premier jour de la semaine est le dimanche car il est considéré comme le jour de repos. Dans l'antiquité, la semaine ne comptait que six jours et le premier jours de la semaine était le lundi. Le dimanche fut donc créé part la suite afin de se reposer d'une semaine de travail.

Chez les musulmans, le début de la semaine est aussi le dimanche car dimanche se dit "ahad" et contient la racine "wahed" qui est le chiffre "un". Pour les chrétiens, le premier jour de la semaine est le dimanche car c'est le jour du Seigneur. Pour les juifs, c'est le samedi soir et dans notre monde moderne c'est le lundi, jour où l'on commence à travailler. Ces différences viennent de la religion ou du travail.


(E?)(L?) https://www.pourquois.com/expressions_langage/pourquoi-semaine-quatre-jeudis.html

Pourquoi dit-on 'La semaine des quatre jeudis' ?

Il y a environ 600 ans, au XIVe siècle, on utilisait une expression un peu différente, mais qui avait le même sens. On employait l'expression « la semaine des deux jeudis » quand on voulait dire « jamais ». À l'époque, le jeudi était un jour gras, c'est-à-dire un jour où on pouvait manger en grande quantité tout ce qu'on voulait. Le lendemain, vendredi, il fallait jeûner ou ne manger que des aliments maigres, comme le poisson. Le jeudi était donc jour de fête, avant vendredi, jour de privation. Évidemment, on préférait le jour de fête au jour de privation et on aurait souhaité qu'il y ait plus d'un jeudi par semaine.

Au XVIe siècle, sans autre raison que celle d'exagérer, l'expression se transforme et devient « la semaine des trois jeudis ». On veut probablement s'assurer que l'interlocuteur comprenne bien que la chose est impossible, que cette chose n'arrivera vraiment jamais !

L'expression « la semaine des quatre jeudis » est apparue plus tard, possiblement au milieu du XIXe siècle.


(E?)(L?) https://www.pourquois.com/societe/pourquoi-y-t-sept-jours-dans-semaine.html

Pourquoi y a t-il sept jours dans une semaine ?

La division de la semaine en sept jours remonte à très longtemps. On la retrouve du temps des chaldéens puis des hébreux qui pensaient que les six premiers jours avaient été faits pour créer le monde et le septième pour se reposer. Cette tradition a toujours été perpétuée et existe de nos jours.

Depuis les romains, chaque jour correspond à une planète qui était une divinité autrefois. Ainsi on trouve : la Lune pour Lundi, Mars pour le Mardi, Mercure pour Mercredi, Jupiter pour Jeudi, Vénus pour Vendredi, Saturne pour Samedi et le soleil pour Dimanche pour les chrétiens.

La lune tournant autour de la terre en à peu près vingt huit jours, on divise par quatre et on trouve ainsi le nombre sept correspondant aux jours de la semaine.


(E?)(L?) http://trucsmaths.free.fr/divers.htm#quel_jour

Quel jour de la semaine es-tu né ?


(E?)(L?) https://artflsrv03.uchicago.edu/philologic4/encyclopedie0521/navigate/14/5106/?byte=10677907

SEMAINE [ Chronologie ] Jaucourt, Louis, chevalier de

SEMAINE, s. f. (Chronolog.) c'est un tems composé de sept jours. Dion Cassius, dans son Hist. rom. liv. XXXVII. prétend que les Egyptiens ont été les premiers qui ont divisé le tems en semaines ; que les sept planetes leur avoient fourni cette idée, & qu'ils en avoient tiré les sept noms de la semaine. En cela du-moins les anciens n'ont pas suivi dans leur ordre la disposition des orbes de planetes : car cet ordre est Saturne, Jupiter, Mars, le Soleil, Vénus, Mercure & la Lune. Ils auroient donc dû ranger les jours de la semaine par samedi, jeudi, mardi, dimanche, vendredi, mercredi & lundi. Il n'est pas aisé de découvrir la raison qui a donné lieu à ce dérangement ; voici celle qu'on apporte d'ordinaire.

On dit que les anciens ayant soumis les jours, & les heures même de chaque jour à quelques planetes dominantes, il est croyable que le jour prenoit le nom de la planete qui commandoit à la premiere heure. Ainsi on a pu appeller le "jour de Saturne" qui est notre "samedi", celui dont la premiere heure étoit sous le commandement de Saturne. La seconde heure étoit pour "Jupiter" qui suit immédiatement Saturne ; la troisieme pour "Mars" ; la quatrieme pour le "Soleil" ; la cinquieme pour "Vénus" ; la sixieme pour "Mercure" ; & la septiéme pour la "Lune". Après quoi la huitieme retournoit sous l'autorité de Saturne ; & suivant le même ordre, il avoit encore la quinzieme & la vingt-deuxieme ; la vingt-troisieme étoit par conséquent sous Jupiter ; & la vingt-quatrieme, c'est-à-dire, la derniere de ce jour sous la dénomination de Mars : de cette maniere que la premiere heure du jour suivant tomboit sous celle du Soleil, qui donnoit par conséquent son nom à ce second jour. En suivant le même ordre, la huitieme, la quinzieme & la vingt-deuxieme appartenoient toutes au Soleil, la vingt-troisieme à Vénus, & la derniere à Mercure : par conséquent la premiere du troisieme jour appartenoit à la Lune ; & on appelloit ce jour à cause de cela, jour de la Lune. On trouve par cet arrangement la naissance & la suite nécessaire de ces noms des jours de la semaine ; c'est-à-dire, pourquoi le jour du Soleil qui est le dimanche, vient après celui de Saturne qui est le samedi, le jour de la Lune, après celui du Soleil, ou le lundi après le dimanche ; celui de Mars après celui de la Lune, ou le mardi après le lundi, &c. jusqu'au samedi. On trouvera de plus grands détails dans l'hist. du calendr. rom. par M. Blondel.

Les ecclésiastiques romains donnent le nom de férie, ferioe, à tous les jours de la semaine, en comptant depuis le dimanche qu'ils appellent feria prima. Les Maures, les Arabes, les Syriens, & les Perses chrétiens appellent sabbat tous les jours de la semaine ; mais ce nom de sabbat n'est consacré qu'au samedi par les Juifs. (D. J.)


(E?)(L?) https://artflsrv03.uchicago.edu/philologic4/encyclopedie0521/navigate/14/5107/?byte=10681242

Semaine, (Critiq. sacr.) espace de sept jours qui recommencent successivement. Cette maniere de compter le tems est venue des Juifs qui le septieme jour observoient le sabbat, c'est-à-dire, le jour du repos, conformément à la loi de Moïse. Ils avoient trois sortes de semaines: des semaines de jours, qui se comptoient d'un sabbat à l'autre ; des semaines d'années, qui se comptoient d'une année sabbatique à l'autre ; & enfin des semaines de sept fois sept années, ou de quarante-neuf ans, qui se comptoient d'un jubilé à l'autre. (D. J.)


(E?)(L?) http://thesaurus.unice.fr/recMot/indexMot.html

semaine

LEMME: "setmana"

DEPARTEMENT(S):

ALPES DE HAUTE-PROVENCE, HAUTES-ALPES, ALPES-MARITIMES, BOUCHES-DU-RHONE, CORREZE, CREUSE, DORDOGNE, DROME, INDRE, ISERE, PUY-DE-DOME, VAR, VAUCLUSE, HAUTE-VIENNE.


(E?)(L?) https://deaf-server.adw.uni-heidelberg.de/lemme/semaine

SEMAINE


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=semaine
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "semaine" taucht in der Literatur um das Jahr 1570 auf.

Erstellt: 2021-08

sweetylife
Calendrier
Vacances scolaires, Phases de la lune, Fêtes des prénoms

(E?)(L?) http://www.sweetylife.com/


Erstellt: 2010-02

T

U

V

W

worldwidewords.org
Monate im französischen Revolutionskalender
Vendémiaire, Brumaire, Frimaire, Nivôse, Pluviôse, Ventôse, Germinal, Floréal, Prairial, Messidor, Thermidor, Fructidor (W3)

(E1)(L1) http://www.worldwidewords.org/articles/calendar.htm

...
Though the Gregorian calendar is so familiar as to almost escape comment, it is widely recognised as being far from perfect and a number of schemes have been put forward to improve or replace it, including the World Calendar and the International Fixed Calendar. The most famous attempt was in revolutionary France, when a completely new system was briefly adopted, though abandoned as impractical in 1805. The months of this calendar were: All very Arcadian, but scarcely practical.


X

Y

Z

Bücher zur Kategorie:

Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
FR Frankreich, Francia, France, Francia, France
Kalender, Calendario, Calendrier, Calendario, Calendar

A

B

C

D

E

F

G

H

Hocq, Christian (Auteur)
365 Jours Solar - l'Histoire au Jour le Jour - Historia

Relié
Editeur : Solar (6 novembre 2008)
Collection : 365 JOURS

I

J

K

L

Le français retrouvé 13
Wathelet, Jean-Marc
Dictons des bêtes, des plantes et des saisons

Langue : Français
Éditeur : Belin (29 octobre 1985)
Format : Broché - 301 pages


La seule littérature qu'aient connue la plupart de nos aïeux est celle des dictons. Ce livre en rassemble un millier, nés de l'observation des bêtes et des plantes. La sagesse populaire y a consigné un trésor de prévisions et de conseils qui passionneront les amis de la nature et dont beaucoup peuvent encore être mis à l'épreuve.


(E1)(L1) http://www.editions-belin.com/csl/result.asp?search=Le français retrouvé


M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z