Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
FR Frankreich, Francia, France, Francia, France
Erotik, Erotismo, Érotisme, Erotismo, Sensuality

A

B

C

cocu (W3)

Frz. "cocu" = dt. "betrogener Ehemann", "gehörnter Ehemann", "Hahnrei" geht zurück auf lat. "cucculus" = dt. "Kuckuck" und referenziert darauf, dass das Kuckucksweibchen seine Eier in fremde Nester legt.

Die Analogie stimmt bei genauer Betrachtung jedoch nicht - muß doch in diesem Fall der "Kuckuck" möglicherweise fremde Eier ausbrüten.

(E?)(L?) http://l.maison.pagesperso-orange.fr/etymo/

français, "cocu"
définition / sens : "coucou" (oiseau)
dérive de : latin, "cucculus"
a produit par analogie de comportement le dérivé suivant : français, "cocu"
définition / sens : "cocu"
explication : la femelle du coucou (du cocu) pond ses œufs dans le nid d'un autre oiseau


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=cocu
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "cocu" taucht in der Literatur um das Jahr 1590 / 1750 auf.

Erstellt: 2012-08

Corset (W3)

Das Frz., engl. "Corset", dt. "Korsett", "Mieder", engl. "corset" (1299) kommt von ital. "Corsetto", der Verkleinerungsform von ital. "Corazza" = "Brustharnisch", und basiert auf afrz. "cors", lat. "corpus" = "Körper", lat. médiév. "corsetus" (1239) (vgl. frz. "corps" = "Körper" (vgl. "Korsage"), lat. "corpus" = "Körper").

(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/corset


(E?)(L?) http://www.english-dictionary.us/meaning/corset.asp


(E?)(L?) http://www.etymonline.com/index.php?term=corset


(E?)(L?) http://wiki-de.genealogy.net/Corsettweber
Corsettweber

(E3)(L1) http://www.logosdictionary.org/fashion/fashion_dict.index_fashion_pag?lettera=c&lingua=IT&pag=1
corsetteria | corsetto

(E?)(L?) http://pagesperso-orange.fr/corset/

Bienvenue sur le site d'information du corset. - Welcome on the corset information website.

Depuis quelques années, le corset fait une réapparition sur les podiums de mode, aidé médiatiquement par le film Moulin Rouge. Il continu à apparaître régulièrement autour des ventres des célébrités pour le plaisir de tous.

Ce site a été initié suite à un mémoire réalisé il y a quelques années et dont j'ai eu envie de vous faire par du résultat. Je souhaite qu'il soit une sorte de boudoir ou l'on puisse découvrir, apprendre ou trouver des conseils sur ce vêtement.

Accueil | Mises à jour | Le corset | Le corset et vous | Galerie | Forum | Léxique | Liens | Contact


(E?)(L?) http://pagesperso-orange.fr/corset/francais/histoire1.htm

L'histoire du corset est assez longue. Il apparut pour la première fois pendant la période minéenne (vers 1700 av JC) et a ensuite virtuellement disparu jusqu'à la renaissance (XVème siècle). Le corset est toujours porté aujourd'hui, et fait même un grand retour. Sa forme a changé continuellement à travers l'histoire avec une conception esthétique de la silhouette féminine, puis par la mode et le type de robe. Pendant un temps il fut plus ample, et redevint petit comme une large ceinture ; parfois il accentuait ou rehaussait la poitrine, pour la minimiser et l'aplatir ensuite. Souvent il accentuait la taille, affinait ou amplifiait les hanches.


(E?)(L?) http://encyclopedie.uchicago.edu/?q=node/142


(E?)(L?) http://artfl.uchicago.edu/cgi-bin/philologic31/getobject.pl?c.26:13.encyclopedie1108


(E2)(L1) http://www.kruenitz1.uni-trier.de/cgi-bin/callKruenitz.tcl


(E?)(L?) http://en.wiktionary.org/wiki/corset


cunnilingus (W3)

Dt. "Cunnilingus", "Kunnilingus", engl. "cunnilingus", zu lat. "cunnilingus" = dt. "jemand, der an der weiblichen Scham leckt" setzt sich zusammen aus lat. "cunnus" = dt. "weibliche Scham", "weibliches Geschlechtsorgan" und lat. "lingere" = dt. "lecken" (lat. "lingua" = "Zunge"). Lat. "cunnus" wird auf eine Wurzel ide. "*keu-", "*skeu-" zurück geführt. Lat. "lingere" und dt. "lecken" gehen auf eine Wurzel ide. "*leigh-" zurück. In beiden Fällen findet man eine große Anzahl weitläufiger Verwandter.

Engl. "cunnilingus" scheint im OED erstmals im Jahr 1887 aufgenommen worden zu sein. In der Diskussionsgruppe der "American Dialect Society" findet man dazu:


1864 tr. Johann Ludwig Casper "A Handbook of Forensic Medicine" III. 337 (Making of Modern Law) So it is with these "unnatural forms of lewdness" referred to, which have been known from the earliest days, and described and lashed severely by the satirists. And yet, so far as I know, throughout the whole animal kingdom, "Cunnilingus" alone, and perhaps "Coprophagia", occur as forms of sexual gratification.


(E2)(L1) http://www.pourquois.com/corps_humain/pourquoi-cunnilingus-.html

Pourquoi dit-on "cunnilingus"?


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=cunnilingus
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "cunnilingus" taucht in der Literatur um das Jahr 1860 auf.

Erstellt: 2016-10

D

Dessous (W3)

Frz. "Dessous" heißt wörtlich dt. "darunter", frz. "en dessous" = "unten", "versteckt", "heimlich". Und "les dessous" sind eigentlich "die Hintergründe". Insbesondere versteht man unter "Dessous" allerdings "Unterwäsche" und wiederum speziell "(elegante und/oder reizvolle) Damenunterwäsche".

(E?)(L?) http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?Al=2&T1=De%20dessous
De dessous [L'adverbe] | Dessous [L'adverbe]

(E?)(L?) http://www.buestenhalter.com/germany/rund_um_den_bh/lexikon/lexikon.htm


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/dessous


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/definition/dessous


(E?)(L?) http://www.dessousforyou.de/

ALLUMETTE | ANTIGEL DE LISE CHARMEL| ANTINEA DE LISE CHARMEL | AUBADE | BRUNO BANANI | BARBARA | BIP BIP BADEMODEN | CALVIN KLEIN | CHANTELLE | CHRISTIES | COTTON CLUB | KLEEMEIER DI LORENZO|EPRISE DE LISE CHARMEL | LISE CHARMEL | LOLA LUNA | PASSIONATA | RCESCENTINI by COTTON CLUB | SIMONE PERELE | NEFER |OROBLU | VALISERE | WONDERBRA


(E?)(L?) http://www.femmes.com/mode-beaute/mode/la-lingerie-feminine-7088


(E6)(L?) http://www.funnylegs.de/Dessous-Corsagen-Strumpfsets,bei-Funnylegs,15,,


(E?)(L?) http://www.oqlf.gouv.qc.ca/actualites/capsules_hebdo/terminologie_bras_20040909.html
bras dessus bras dessous, 9 septembre 2004

(E?)(L?) http://www.joliesselingerie.com/catalog/histoire_des_dessous.php


(E?)(L?) http://www.jules-verne.co.uk/french-sans-dessus-dessous/
Sans dessus dessous 1894
by Jules Verne
Free Public Domain Books from the Classic Literature Library

(E?)(L?) http://www.logosdictionary.org/fashion/fashion_dict.view_definition?code=1108956&lingua=IT


(E?)(L?) http://www.owid.de/pls/db/p4_suche_elex.Stichw_alpha?v_Buchst=S
Seidendessous | Spitzendessous

(E?)(L?) http://www.site-du-jour.com/dossiers/dessous-feminins.html


(E?)(L?) http://www2.unil.ch/unicom/allez_savoir/as16/6dessous.html


(E?)(L?) http://www.wortwarte.de/Archiv/Datum/d001005.html#w24
Sub-Dessous-String

(E1)(L1) http://www.xs4all.nl/~adcs/woordenweb/s/sub.htm


E

F

Faire la bagatelle (W3)

"Liebe machen" ist in Frankreich eine "Bagatelle", die man macht.

(E?)(L?) http://www.francparler.com/syntagme.php?id=141

Faire l'amour
...


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=Faire la bagatelle
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "Faire la bagatelle" taucht in der Literatur nicht signifikant auf.

Erstellt: 2012-02

Flirt
flirtage
flirtation
flirter
flirteur
flirteuse (W3)

Nach Deutschland kam der "Flirt" auf dem Umweg über England aus Frankreich. Das Verb dt. "flirten" geht über engl. "to flirt" zurück auf frz. "fleureter", sprich "Blumen streuen", "den Hof machen". Das frz. "fleur" = dt. "Blume" findet man auch als dt. "Flor" (16. Jh.) = dt. "Blüte", "Blumenfülle", das aus der Wendung lat. "in flore esse" = dt. "in Blüte stehen" übernommen wurde. Das lat. "flos" ("floris") = dt. "Blume", "Blüte", "Knospe", brachte auch frz. "fleur", it. "fiore" und engl. "flower" hervor. Auf die Verkleinerungsform it. "fioretto" = dt. "Blümchen", "kleine Knospe", führte über frz. "fleuret" auch zu dt. "Florett" ("Flöret", 17. Jh.) = dt. "Stoßdegen". Hintergrund der Benennung ist "Florett" ist der "knospenähnliche Knopf", der bei Fechtübungen auf die Spitze des Stoßdegens gesteckt wurde.

Anscheinend kam der engl. "flirt" dann wieder als Reimport nach Frankreich.

dt. "flirtet" = engl. "philanders"


"Flirt" als Farbe: - #ab343a - Flirt




"Flirtation" als Farbe: - #ae848b - Flirtation



(E?)(L?) http://agora.qc.ca/index/ithematique/flirt_courtois

Mots-Clefs: Flirt courtois

Dessein de quitter une dame qui ne le contentait que de promesse


(E?)(L?) http://agora.qc.ca/documents/francois_de_malherbe--dessein_de_quitter_une_dame_qui_ne_le_contentait_que_de_par_francois_de_malherbe


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirt

FLIRT, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1879 « manège de coquetterie » (Parlement, p. 1, col. 4 ds Bonn.); 2. 1884 « personne avec qui l'on flirte » (P. Bourget, Pastels, MmeBressuire, ibid.). 1 déverbal de flirter* (en ce sens on a employé antérieurement flirtation, 1833 et flirtage, 1855, v. Bonn.); 2 empr. à l'angl. flirt « personne avec qui l'on flirte » (1remoitié xviiies. ds NED).


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirtage

flirtage


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirtation

flirtation


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirter

flirter


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirteur

flirteur


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/flirteuse

flirteuse


(E?)(L?) http://www.etymonline.com/index.php?term=flirt

flirt (v.)
...
French "flirter" "to flirt" is a 19c. borrowing from English.


(E?)(L?) http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/flirt/

flirt


(E?)(L?) http://termiumplus.gc.ca/tpv2guides/guides/rdp/index-fra.html?lang=fra&lettr=indx_catlog_f&page=../preposition

flirter


(E1)(L1) http://www.chass.utoronto.ca/epc/langueXIX/dg/08_t1-2.htm

§ 8. -- Anglais.: "flirter"


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=7&content=Flirt
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "Flirt" taucht in der Literatur um das Jahr 1800 auf.

(E?)(L?) http://corpora.informatik.uni-leipzig.de/


Erstellt: 2014-06

foutre (W3)

Das Wort frz. "foutre" = dt. "machen", "tun", "geben", "schmeißen", "stoßen", "werfen" geht zurück auf lat. "fotuere", "futuere", "fufutuere" = dt. "Geschlechtsverkehr mit einer Frau haben".

Als Verwandten findet man auch engl. "fuck". Das dt. "ficken" nahm erst im 16. Jh. eine sexuelle Konnotation an. Ursprünglich hatte mhdt. "ficken", "vycken" die Bedeutung dt. "reiben", "mit Ruten schlagen", norw. "fikle" = dt. "sich heftig bewegen", "pusseln". Diese Bedeutung findet man auch noch in dt. "fickerig" = dt. "unruhig", "widerspenstig" und dt. "Fickmühle" = dt. "Zwickmühle".

Das frz. "foutre" findet man in vielen umgangssprachlichen Ausdrücken in denen es auch als verstärkendes Element in Erscheinung tritt.

Im den Wörterbüchern findet man folgende Ausdrücke mit frz. "foutre":





Bei Adelung findet man:


Der "Hundsfott", des -es, plur. die "Hundsfötter", ein sehr niedriges Schimpfwort eines nichtswürdigen, besonders eines feigen Menschen, welches für die höchste wörtliche Beschimpfung gehalten wird. Im Dän. lautet es gleichfalls "Hundsfot", und im Schwed. "Hunsfott". Die vielen zum Theil seltsamen Ableitungen, welche man von diesem niedrigen Worte versucht hat, kann man bey dem Wachter finden. Ihre glaubt, daß es aus "Hundhufwud", "Hundshaupt", zusammen gezogen worden, welches im Schwed. ein figürlicher Ausdruck für Schande ist, und von der ehemahligen Strafe des Hundetragens hergeleitet wird. Auf ähnliche Art bedeutet "Hundskopf" 2 Sam. 3, 8 einen verächtlichen, nichtswürdigen Menschen.

Allein es ist wohl gewiß, daß es eigentlich einen "Hundsvogt" oder "Hundswärter" bedeutet, welches nach der damahligen Denkungsart der Franken wohl das verächtlichste war, was man einem freyen tapfern Manne Schuld geben konnte. Es erhellet dieses aus dem Salischen Gesetze, wo es Tit. 33 heißt: Si quis alterum Cinnitum vocaret, Malb. Quintvo. Dieses "Cinnitus", worüber alle Ausleger so wenig befriedigendes gesagt haben, ist alt Gallisch, wie aus dem Wallisischen erhellet, wo "Cynydd" noch jetzt einen "Hundswärter", "Hundsjungen" bedeutet. Die beygefügte Glosse "Quintvo" ist daher unser "Hundsfott" nach der ältesten Fränkischen Mundart; woraus zugleich das hohe Alter dieses Schimpfwortes erhellet. Bey den ältern Franzosen war statt dessen "Chienfoutre" üblich, woraus in den neuern Zeiten "Jean foutre" gemacht worden. Die eben so niedrigen "hundsföttisch", und "Hundsfötterey", plur. die -en, sind nicht weniger ehrenrührig.


Einer nicht mehr erreichbaren Quelle war zu entnehmen:


Männliche Vornamen können auch zur Beleidigung werden: Der "Jules" bei Edith Piaf beispielsweise, ein wahrer Schuft, der "Julot", ein Zuhälter von Beruf, und der "Jean-foutre", ein "Nichtsnutz", sind keine gute Gesellschaft. Und "faire le Jacques" oder "faire le Mariolle", also "herumzukaspern", ist in der Schule verboten.


(E?)(L?) http://www.anglo-norman.net/gate/

"entrefoutre"

[FEW: 3,924b ?futuere; Gdf: Ø ; GdfC: Ø ; TL: Ø ; DEAF: Ø ; DMF: Ø ; TLF: Ø ; OED: Ø ; MED: Ø ; DMLBS: Ø ]

v.refl. - to possess each other sexually: Or se entreaiment tant par amur Ke il se entrefoutent (ms. correction beisent above foutent) tute jur Ipom BFR 10516.

"futre"1, "fotre", "foutre" ("fautre")

[FEW: "futuere"; Gdf: 4,106c "fotre"; GdfC: Ø ; TL: 3,2174 "fotre"; DEAF: Ø ; DMF: "foutre"; TLF: "foutre" 1; OED: Ø ; MED: Ø ; DMLBS: 1042a "futuere"]

v.a. "to possess sexually": Ismeine l’ad regardé mut, Dehez ait il, se il ne la fut! Ipom BFR 8648; Cele qui fu foutue et desfoutue Fabliaux 31 rubr.; et luy debrusa le wastreshad et la fauci (l. fauti) tout outre et la fist senglant Nov Narr 341; [...] la foci (l. foti) tout outre [...] et ravit sa puselage YBB Ed II xxvi 88;

v.n. "to be possessed sexually": Quant es colché, ben es acuvetee, si te fais futre a la jambe levee Ch Guill 2618;

"to have sexual intercourse": et gardent soi de moules et de cervele manger, de choses frites, de choses salees, de totes airons, de poudre, de foutre trop, de baignier, de presse de gent A-N Med i 177; Approximeron apele om une maladie come om a comencé a foutre et nel poet parfaire A-N Med i 239;

sbst. inf. "sexual intercourse": Ausi une reule est ke bain e foutre nusent a eus pur ceo ke enfieblissent les nerfs A-N Med ii 144; Le patient manjue viandes ke legerement defient e se gard[e] del contrere e de cri e de freid e de foutre e de travail A-N Med ii 156.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutaise

"FOUTAISE", subst. fém.

Étymol. et Hist. 1668 "chose de peu d'importance", "bagatelle" (C. Le Petit, La Chronique scandaleuse, 71, str. 110 [Delahaye, 1859] ds Quem. DDL t. 1 : Ils vivent là gais et contens, Comme des moines de Foutaises), attest. isolée; repris au xviiies. "la belle foutaise!" (Restif de la Bretonne ds Guérin). Dér. du rad. de "foutre"1*; dérivation plaisante en "-aise" sur le modèle de "fichaise"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutant

"FOUTANT", adj. masc.

Étymol. et Hist. V. "foutre"1.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/fouterie

"FOUTERIE", subst. fém.

Étymol. et Hist. 1534 "chose obscène" (P. Fabri, L'Art de Rhétorique, L. 1, p. 118 ds Hug.), attest. isolée; repris fin xviiies. ca 1790 je parle en fouterie (Grand remerciement aux comédiens du Palais Royal, p. 7 ds Brunot t. 10, p. 180); 1851 "plaisanterie" (Flaub., Corresp., p. 140). Dér. du rad. de "foutre"1*; suff. "-erie"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/fouteur

"Fouteur", subst. masc.,


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutoir

"FOUTOIR", subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1610 [éd.] "sorte d'engin de guerre" (Fauchet, Antiquitez, X, 18 ds Hug.), au xvies. seulement; 2. 1857, juin "lieu de désordre" (d'où "lieu en désordre") (Goncourt, Journal, p. 368). Dér. du rad. de "foutre"1*; suff. "-oir"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutre

"FOUTRE"1, verbe trans.

Étymol. et Hist. Du lat. "futuere" "avoir des rapports avec une femme".


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutrement

"FOUTREMENT", adv.

Étymol. et Hist. 1891 (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mes hôpitaux, p. 318). Dér. de "foutre"2*; suff. "-ment"2*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutrerie

"Foutrerie", subst. fém.,


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutriquet

"FOUTRIQUET", subst. masc.

Étymol. et Hist. 1791 (Lemaire, 60elet. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, 7 ds Quem. DDL t. 15). Dér. de "foutre"1*; suff. "-et"* élargi (cf. Nyrop t. 3, § 220).


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutu

"FOUTU", "FOUTUE", part. passé et adj.

Étymol. et Hist. 1. [1416 (Arch. JJ 169, pièce 448 ds Gdf. : mauvais, traitre et fuitif et foutu chevalier]; av. 1772 "perdu, irrévocablement condamné à mourir" Zaire est foutue (Peron ds Lar. 19e); 2. 1789 vulg. "très mauvais, désagréable" un f... voyage (cité ds Brunot t. 10, p. 164); cf. 1790 ce foutu crachat (Heb., Père Duch. Br., no30, fasc. V, p. 388, ibid., p. 228, note 4); 3. 1843 "fait, exécuté de telle ou telle manière" "mal foutu" (Flaub., Corresp., p. 38); 4. 1888 "être foutu de [faire qqc.]" (Courteline, Train 8 h 47, p. 121 : y sont foutus de nous dévorer). Part. passé adj. de "foutre"1*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/foutûment

"Foutûment", adv.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/jean-foutre

"JEAN-FOUTRE", subst. masc. inv.

Étymol. et Hist. [1661 "janfoutre", Lettre du 23 août, Arch. de la Côte-d'Or E. 2854, minutes notariales ds Dauzat 1938]; 1750 terme injurieux (Fougeret de Monbron, Margot la Ravaudeuse, éd. J.J. Pauvert, p. 62). Composé de "jean-"* et de "foutre"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/jean-foutrerie

"Jean-foutrerie", subst. fém.attest. 1790 (Jean Bart, no21, 5 ds Quem. DDL t. 19); de "jean-foutre", suff. "-erie"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/refoutre

"REFOUTRE", verbe trans.

Étymol. et Hist. 1790 réfl. ([Lemaire], 14e. let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, p. 7 ds Quem. DDL t. 19. Formé de "re-"* et de "foutre"*.


(E?)(L?) http://www.cnrtl.fr/etymologie/se contrefoutre

"CONTREFICHE" (SE), "CONTREFICHER" (SE), "CONTREFOUTRE" (SE), verbe pronom.

Étymol. et Hist.


(E?)(L?) https://dico-des-mots.com/definitions/foutre-de-darwa.html

Foutre de da(r)wa


(E?)(L?) https://dico-des-mots.com/definitions/foutrerie.html

Foutrerie


(E?)(L?) https://dico-des-mots.com/definitions/on-sen-foutre.html

On s’en foutre


(E?)(L?) https://dico-des-mots.com/definitions/se-foutre-la-terrine-en-lair.html

Se foutre la terrine en l'air


(E?)(L?) http://drouviot.net/dictionnaire/29-dictionnaire/21049-jeanfoutrerie

"jeanfoutrerie": Comportement d'incapable négligent.
Langue étymologique: latin
Mot d'origine: "futuere"
Traduction: "faire l'amour"
Note: De la formulation vulgaire "foutre" pour "faire", le "jean-foutre" est une composition à partir du prénom "Jean" employé dans des locutions injurieuses ou familières, ici avec le sens de "quelqu'un qui ne fout rien".
Variante: "jean-foutrerie"


(E?)(L?) http://www.electriccafe.org/dauphinois/

"nom de foutre"   exp.
Contribution personnaz frederic
"Nom de dieu", ou "nom de gu".
Nom de foutre, les vaches se sont sauvées du champ.


(E?)(L?) http://www.expressio.fr/expressions/foutre-ficher-le-camp.php

"foutre le camp" / "ficher le camp" [dt. "abhauen", "sich aus dem Staub machen", "verduften", "sich verziehen"]
frz. "S'en aller, partir (généralement avec précipitation)"
...
Une chose semble sûre, en l'état actuel de la littérature : c'est "ficher le camp" qui est apparu en premier au milieu du XVIIIe siècle.

Le 'foutre' équivalent vulgaire de 'ficher' n'arrivant sur les lèvres que quelques années plus tard, vers la fin du même siècle.
...
Mais la chronologie de la chose laisse un doute, l'expression "prendre son camp" avec le sens indiqué n'existant apparemment pas au XVIIIe siècle contrairement à "ficher le camp".
...


(E?)(L?) http://www.expressio.fr/expressions/s-en-moquer-soucier-foutre-comme-de-sa-premiere-chemise.php
Wer kann sich schon noch an sein erstes Hemd erinnern?


"S'en moquer" [dt. "sich völlig darüber hinwegsetzen"] / [frz. "ne pas se soucier de qc, qn" ou "se soucier peu de qc, qn" = dt. "sich nicht oder wenig um etwas, jemanden kümmern, scheren"] / "foutre comme de sa première chemise"
N'y accorder aucun intérêt, aucune attention

Origine: Sincèrement, est-ce que vous vous rappelez la première chemise que vous avez portée ?
...


(E?)(L?) http://www.expressio.fr/expressions/se-foutre-en-l-air.php

"Se foutre en l'air"
Se tuer (involontairement)
Se suicider

Origine: Si 'foutre' a généralement une connotation sexuelle ("va te faire foutre !"), puisqu'il vient du latin 'futuere' (avoir des rapports avec une femme), ici, sous sa forme pronominale, il a le sens moderne (début du XXe siècle) de "se mettre" ou "se jeter" avec violence ou rapidité, tel qu'on le trouve dans des locutions comme "se foutre dans le pétrin", "se foutre par terre" ou "se foutre à chialer comme un môme", par exemple, locutions dans lesquelles on peut souvent remplacer 'foutre' par 'ficher', "se ficher" (également pour "se mettre "ou "se jeter") existant déjà en ancien français.

Même si l'aspect sexuel du mot n'est plus présent (c'est au XVIIe siècle qu'on commence à trouver des 'foutre' neutres), on lui associe toujours un côté violent relié à l'image agressive de la pénétration sexuelle non désirée.

Maintenant, pourquoi le fait de se foutre "en l'air" est-il synonyme de se tuer ?

L'explication est plutôt facile à trouver : celui qui se fout à l'eau sera certes mouillé mais il est peu probable qu'il y perdre la vie, s'il sait nager ; par contre celui qui se fout (se jette) en l'air depuis le sommet de la tour Montparnasse a peu de chances de se retrouver au sol encore vivant quelques secondes plus tard.
...


(E?)(L?) http://www.expressio.fr/expressions/s-en-moquer-ficher-foutre-comme-de-l-an-quarante.php

S'en moquer (ficher, foutre) comme de l'an quarante
S'en moquer, désintéresser complètement.

Origine: L'origine de cette expression n'est pas connue.

Si elle est bien attestée à la fin du XVIIIe siècle, les lexicographes modernes ne sont pas d'accord sur son histoire.

Je vais donc en exposer ici les différentes hypothèses les plus fréquentes :
...


(E?)(L?) http://www.langue-fr.net/spip.php?article59

"S’en foutre comme de l’an quarante" — "s’en moquer comme de l’an quarante" étant une atténuation tardive — donne lieu à des explications parfois construites à postériori. En la matière, il est important de savoir à partir de quand on peut dater les premières apparitions d’une expression. C’est plus sûr que les constructions individuelles qui, à l’instar des jolies filles dans les films noirs des années cinquante, peuvent être aussi séduisantes que... dangereuses et falsificatrices !
...


(E?)(L?) https://conjugaison.lemonde.fr/conjugaison/troisieme-groupe/contrefoutre/

Conjuguer un verbe

"Contrefoutre" - Verbe du 3e groupe se conjuguant avec le verbe avoir


(E?)(L?) https://conjugaison.lemonde.fr/conjugaison/troisieme-groupe/foutre/

Conjuguer un verbe

"Foutre" - Verbe du 3e groupe se conjuguant avec le verbe avoir


(E?)(L?) http://listserv.linguistlist.org/pipermail/ads-l/2000-August/subject.html




(E?)(L?) http://www.sex-lexis.com/F-Word-Dictionary/foutre

"foutre": Vulgar French (argot -> slang) for "FUCK". "Va te faire foutre!" -> "(Go) get-fucked!"

"Foutre" is as old as "fuck" and has the same Latin root: "futuere" / "fotuere".

QUOTE: Although Shakespeare never used the word "FUCK", he was less worried by its French counterpart. In The Second Part of Henry IV (v. iii. 98) Pistol says: 'A foutre for the world and woridlings base'; and again at line 114 he says: 'A foutre for thine office', in much the same way we would say: 'I don't give a fuck!' According to Hugh Rawson, Wicked Words (1989): 'Given Shakespeare's tremendous vocabulary, his silence on the point suggests that fuck already was known widely enough to be tabooed.'

See Also: "fotuere", "foutre", "futter", "futuere"


(E?)(L?) http://www.shakespeareswords.com/Glossary?let=f

"foutre" (n.)

[strong rude expression of contempt] "fuck"


(E?)(L?) http://etymologie.tantalosz.de/index.php

"Futschikato" ist etwas, das nicht mehr da, vorbei, kaputt, verloren, einfach weg ist. Diese italianisierende Bildung zum deutschen "futsch" geht ursprünglich wohl auf das schweizerisch-mundartliche "futschen" ("gleiten", "rutschen") zurück, andere sehen einen Zusammenhang zum französischen "foutre" ("beschlafen", vgl. die "Fut" - "Vagina") oder dem italienischen "fuggito" ("geflohen"). Meist auf Geld oder andere Wertsachen bezogen kennt man auch die Verballhornungen "futschikato verbrato" - all sein Geld mehr oder weniger sinnlos ausgegeben haben und "futschikato perdutti" - "total pleite sein".

"Hundsfott" ist ein uraltes, heute kaum noch gebräuchliches Schimpfwort besonders für einen "Feigling, der sein Wort nicht hält". Zur Herkunft gibt es viele recht verschiedene Theorien: Einige leiten ihn aus "Hundes-fuot", der "vulva canis", vom mundartlichen "Fud", "Fut" ("Votze") ab, andere sehen den Halunken im "Hundsvogt", auch die "Hundepfote" muß gelegentlich herhalten, ebenso, wie man einst die Einwohner eines hinterpommerschen Städtchens deshalb "Hundsfütter" genannt haben soll, weil sie verpflichtet gewesen seien, die fürstlichen Jagdhunde in die Fütterung zu nehmen. In der "Oeconomischen Encyclopädie" von J. G. Krünitz lesen wir: "...die vielen zum Theil seltsamen Ableitungen, welche man von diesem niedrigen Worte versucht hat, kann man bey dem Wachter finden. Ihre glaubt, daß es aus "Hundhufwud", "Hundshaupt", zusammen gezogen worden, welches im Schwed. ein figürlicher Ausdruck für Schande ist, u. von der ehemahligen Strafe des "Hundetragens" hergeleitet wird. Auf ähnl. Art bedeutet "Hundskopf" 2 Sam. 3.8 einen verächtlichen, nichtswürdigen Menschen. Die Meisten leiten das Wort von den Hunnen her, welche in Deutschland einfielen, und mit Rauben und Brennen großen Schaden thaten, niemahls aber Stand halten oder fechten wollten, daß, wenn gefragt wurde: "Wer hat dieses oder jenes Dorf angesteckt und ausgeplündert?" die gemeine Antwort gewesen: "Hunnus fuit", zus. gez. "Hunsfut". Allein die hohe Empfindung, welche man mit diesem Worte verknüpft, beweiset schon, daß es etwas überaus schändliches bedeuten müsse, und da bleibt Eckards und Frischens Muthmaßung immer noch die wahrscheinlichste, welche die letzte Hälfte dieses Ausdruckes von einem niedrigen schmutzigen Worte ableiten, welches mit dem Franz. "Foutteur", und Lat. "Futuator", überein kommt, so daß "Hundsfott" eigentlich eine Uebersetzung des Griech. und Lat. "Cynaedus" seyn und einen "Sodomiten" bedeuten würde, welches in dem salischen Gesetze in "Cenitus" verderbt worden ist: Si quis alterum Cenitum clamauerit, 600 denar. - mulctetur; woraus zugleich das hohe Alter dieses Schimpfwortes erhellet. Bey den ältern Franzosen war statt dessen "Chienfoutre" üblich, woraus in den neuern Zeiten "Jean foutre" gemacht worden ist".


(E?)(L?) http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2guides/guides/rdp/index-fra.html?lang=fra&lettr=indx_catlog_f&page=9XTInhiPPoAA.html#zz9XTInhiPPoAA

foutre ... à, dans, de, en, sur


(E?)(L?) http://www.wordorigins.org/index.php/site/comments/fuck/

"fuck"

Dave Wilton, Sunday, September 13, 2015
...
We know that "fuck" is of Germanic origin. Note that is Germanic and not German — an important distinction. It does not come from the modern German verb "ficken". Instead, these two words probably share a common root. "Fuck" also has cognates in other Northern European languages: the Middle Dutch "fokken" meaning to "thrust", to "copulate"; the dialectical Norwegian "fukka" meaning to "copulate"; and the dialectical Swedish "focka" meaning to "strike", "push", "copulate", and "fock" meaning "penis". And both French and Italian have similar words, "foutre" and "fottere" respectively. These derive from the Latin "futuere". The relation between this Latin root and the Germanic ones, if any, is uncertain.
...
"Fuck" was not common prior to the 1960s, at least not in published use; informal, spoken use was undoubtedly much more frequent. Shakespeare does not use it, although he did hint at it for comic effect. In Merry Wives of Windsor (IV.i) he gives us the pun "focative case". In Henry V (IV.iv), the character Pistol threatens to "firk" a French soldier, a word meaning to "strike", but commonly used as an Elizabethan euphemism for "fuck". And earlier in the same play (III.iv), Princess Katherine confuses the English words "foot" and "gown" for the French "foutre" and "coun" ("fuck" and "cunt", respectively) with comic results.
...


(E1)(L1) http://books.google.com/ngrams/graph?corpus=8&content=foutre
Abfrage im Google-Corpus mit 15Mio. eingescannter Bücher von 1500 bis heute.

Frz. "foutre" taucht in der Literatur um das Jahr 1880 auf.

(E?)(L?) http://corpora.informatik.uni-leipzig.de/


Erstellt: 2018-04

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

pénis (W3)

Frz. "pénis", dt. "Penis" geht zurück auf lat. "penis" = "Schwanz".

(E?)(L?) http://www.encyclopenis.net/

Un recueil de témoignages concernant le pénis.
Car décidément, il n'y a pas que la taille qui compte.


Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Bücher zur Kategorie:

Etymologie, Etimología, Étymologie, Etimologia, Etymology
FR Frankreich, Francia, France, Francia, France
Erotik, Erotismo, Érotisme, Erotismo, Sensuality

A

B

Bertrand, Bernard (Auteur)
Pertuzé, Jean-Claude (Illustrations)
L'herbier Érotique
Histoires et Légendes des Plantes Aphrodisiatiques

(E?)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/291581001X/etymologporta-20


(E?)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/291581001X/etymologety0f-21


(E?)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/291581001X/etymologetymo-21


(E?)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/291581001X/etymologety0d-21


(E?)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/291581001X/etymologpor09-20
Relié: 211 pages
Editeur : Editions Plume de carotte (19 octobre 2005)
Collection : BEAUX LIVRE
Langue : Français


Présentation de l'éditeur
Fleurs amoureuses, herbes fertilisantes, épices aphrodisiaques. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les plantes sans jamais oser le demander se trouve dans L'Herbier érotique! Le Fenouil est-il vraiment l'allié des épouses trompées? Pourquoi les ouvrières des cultures de Houblon sont-elles réglées en même temps? Est-il avéré que les bulbes d'Orchidées excitent les désirs sexuels? La Mandragore poussait-elle vraiment sous les gibets grâce au sperme des pendus? Comment la Sauge a pu sauver la démographie d'une ville égyptienne?.... Racontées avec humour par l'auteur qui, à chaque fois, fait la part des choses entre l'avéré et le légendaire, toutes ces histoires, ces croyances, ces traditions autour de 120 plantes et de notre sexualité sont à découvrir avec gourmandise dans L'Herbier érotique.


Zu jeder Pflanze gibt es auf der linken Doppelseite einen kleinen Abschnitt mit der Überschrift "Étymologie".

(E?)(L?) http://www.plumedecarotte.com/ouvrage_fiche.php?id=12

Fleurs amoureuses, herbes fertilisantes, épices aphrodisiaques…
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les plantes sans jamais oser le demander !
Le Fenouil est-il vraiment l’allié des épouses trompées ?
Pourquoi les ouvrières des cultures de Houblon sont-elles réglées en même temps ?
Est-il avéré que les bulbes d’Orchidées excitent les désirs sexuels ?
La Mandragore poussait-elle vraiment sous les gibets grâce au sperme des pendus ?
Comment la Sauge a pu sauver la démographie d’une ville égyptienne ?…
Toutes ces histoires, ces croyances, ces traditions autour de 120 plantes et de notre sexualité sont à découvrir avec gourmandise…


Erstellt: 2010-06

C

D

E

F

G

Guiraud, Pierre (Auteur)
Rey, Alain (Préface)
Dictionnaire érotique

(E?)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/2228901016/etymologporta-20


(E?)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/2228901016/etymologety0f-21


(E?)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2228901016/etymologetymo-21


(E?)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/2228901016/etymologety0d-21


(E?)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/2228901016/etymologpor09-20
Broché: 639 pages
Editeur : Payot (7 juin 2006)
Collection : PAYOT GD FORMAT
Langue : Français


Présentation de l'éditeur
Le vocabulaire érotique français est d'une richesse exceptionnelle. Le grand linguiste Pierre Guiraud, dont le projet était de jeter les bases d'une sémiologie de la sexualité, lui a consacré ce dictionnaire sans équivalent, où environ 7.000 mots et expressions du sexe, connus ou inattendus, limpides ou mystérieux, couvrent son évolution et son développement depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours. "Invitation au vagabondage évocateur écrit Alain Rey dans sa préface, cet ouvrage mobilise un flot de paroles autour de la sensation la plus forte de l'appétit le plus indestructible de notre espèce: le penchant, la tendance, le dynamisme, la passion; l'énergie élémentaire de la sexualité sans raison; qui est le propre de l'homme, avec le rire et le langage.".


H

I

Isambert, Antoine (Auteur)
Soledad (Illustrations)
Le Nouveau Langage des fleurs à l'usage des amoureux

(E?)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologporta-20


(E?)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologety0f-21


(E?)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologetymo-21


(E?)(L1) http://www.amazon.it/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologporta-21


(E?)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologety0d-21


(E?)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/2841382001/etymologpor09-20
Broché: 95 pages
Editeur : Les Editions Eugen Ulmer (8 janvier 2004)
Langue : Français


Présentation de l'éditeur
Certes la rose veut dire "je t'aime", mais c'est un peu court. On trouve, chez les fleuristes ou dans les jardineries, une quantité d'autres fleurs à la symbolique amusante qui permettront au lecteur de préciser sa pensée et faire passer quelques messages intimes à l'élu(e) de son cœur: déclarer sa flamme, répondre à ses avances; exprimer tendresse, passion, plénitude des sentiments; adresser un désir, une crainte, un tendre reproche ... Ecrit avec humour, et remarquablement illustré par Soledad, ce livre devrait avoir pour mérite annexe de stimuler le dialogue au sein des couples


Erstellt: 2011-06

J

K

L

Le français retrouvé 54
Lamy, Yves (Autor)
Les expressions grivoises de jadis

(E?)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/2701153662/etymologporta-20


(E?)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/2701153662/etymologety0f-21


(E?)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2701153662/etymologetymo-21


(E?)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/2701153662/etymologety0d-21


(E?)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/2701153662/etymologpor09-20
Taschenbuch: 300 Seiten
Verlag: Belin (23. März 2010)
Sprache: Französisch


Il fut un temps où les expressions grivoises étaient très répandues aussi bien dans le langage parlé que dans la langue écrite, de la façon la plus naturelle. Ces expressions se signalaient par leur caractère très imagé et même imaginatif.

C'est un trésor qui est en train de se perdre et que l'auteur a rassemblé, après avoir exploré la littérature spécialement du 16e siècle et du 17e siècle (Charles d Orléans, Rabelais, Brantôme, La Fontaine, etc.) mais aussi en remontant à des écrits populaires du XIIIe siècle.

Chaque entrée d'article est un mot-clé (par ex. pour la lettre R : rage, remède, renverser, robe) qui a donné lieu à plusieurs expressions l'utilisant. Chaque expression est illustrée d'une citation référencée.

Yves Lamy est l'auteur des Anagrammes littéraires dans la même collection. Pour rappel : double profil : linguiste et universitaire (retraité) dont les recherches portent plus particulièrement sur les jeux du langage et la tradition ancienne, et, sous un autre nom, collaboration au Canard enchaîné pour les rubriques de jeux du langage. Ouvrages sur la contrepèterie.


(E?)(L?) http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-les-expressions-grivoises-de-jadis-14870.php?lst_ref=1

Audacieusement crues ou subtilement allusives, mais toujours imagées et divertissantes, voici que les expressions grivoises de jadis ressurgissent sous la plume érudite d’Yves Lamy. On découvrira que les poètes d’antan ne répugnaient nullement à en user, mais aussi que l’écho en résonne encore dans la langue d’aujourd’hui.

La particularité de cet auteur vient de son double profil : linguiste et universitaire (retraité), dont les recherches portèrent plus particulièrement sur les jeux du langage et la tradition ancienne, et collaborateur au Canard enchaîné pour les rubriques de jeux du langage (sous un autre nom). Ouvrages sur la contrepèterie.


Erstellt: 2010-07

M

Merle, Pierre
Mots de passe
Dictionnaire de l'argot de la prostitution

(E?)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/2828908356/etymologporta-20


(E?)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/2828908356/etymologety0f-21


(E?)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2828908356/etymologetymo-21


(E?)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/2828908356/etymologety0d-21


(E?)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/2828908356/etymologpor09-20
Broché: 207 pages
Editeur : Favre Sa (14 avril 2005)
Langue : Français


Présentation de l'éditeur

Le langage de la prostitution a toujours été imagé, pittoresque, rude, truculent et, justement à cause de cela, souvent mis à contribution par la littérature. Particulièrement au XIXe siècle où la prostituée devint, à elle seule, un sujet littéraire. Et puis, ce langage-là a nourri l'argot et la langue populaire. Certains termes ont même poursuivi leur carrière dans le français courant comme, par exemple, le banal "naze" (hors d'usage) qui figure aujourd'hui dans les dictionnaires usuels et qui signifiait jadis, chez les "filles": syphilitique. Comme la prostitution elle-même, ce langage a évolué. Internet est passé par là, ainsi que d'autres jargons aujourd'hui influents dans certains secteurs, comme celui de la drogue. Mais cela ne veut pas dire, loin de là, que tous les mots anciens et expressions du folklore des rues chaudes ont disparu. Si certains, notamment dans les nouvelles formes de prostitution sauvage ou occasionnelle, se sont en effet effacés, beaucoup d'autres ont subsisté. À titre d'exemple, "dérouiller", aujourd'hui comme hier, signifie faire le premier client de la journée ou de la nuit, un "mec à passion" est un masochiste, et "jouer le fils de la repasseuse" se dit toujours du gars qui passe et repasse sans cesse dans les coins chauds traditionnels sans se décider à passer à l'action. Ce dictionnaire, qui contient plus de huit cents entrées, fait le point sur ce langage tel qu'on le parle.

Biographie de l'auteur
Écrivain, romancier, philologue de plein vent, Pierre Merle a publié plus d'une trentaine d'ouvrages dont la moitié concerne le français tel qu'il vit et bouge. Notamment: Le Dico du français branché (Seuil, 1986 et 1999), Le Dico de l'argot fin-de-siècle (Seuil, 1996), Le Prêt-à parler (Pion, 1999), Dictionnaire du français qui se cause (Milan, 2004). Spécialiste de l'argot et des langages de marge, il ne pouvait pas ne pas aborder un jour celui de la prostitution. C'est désormais chose faite.


N

O

P

Q

R

S

T

U

V

Vigerie, Patricia
Dictionnaire des gros mots

(E1)(L1) http://www.amazon.ca/exec/obidos/ASIN/2828907988/etymologporta-20


(E1)(L1) http://www.amazon.de/exec/obidos/ASIN/2828907988/etymologety0f-21


(E1)(L1) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2828907988/etymologetymo-21


(E1)(L1) http://www.amazon.co.uk/exec/obidos/ASIN/2828907988/etymologety0d-21


(E1)(L1) http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/2828907988/etymologpor09-20
Broché: 320 pages
Editeur : Favre Sa (2 septembre 2004)
Langue : Français


Présentation de l'éditeur
Pourquoi "quasimodo" désigne-t-il le sexe féminin? Au XIIIe siècle, "faire l'amour" a signifié courtiser une femme ou exprimer ses sentiments amoureux. On entend aujourd'hui, dans tous les milieux, les mots "nana", "souris", "sauterelle", "pisseuse", "rombière"... Tous ont désigné à l'origine une "prostituée". Émettre des flatulences c'est, en argot moderne, lâcher une caisse ou plus ancien, déchirer de la toile. Saviez-vous que "putain", date de 1121, "con", de 1195, "bordel" de 1200, et que le mot "cul", apparu vers 1179, n'est devenu vulgaire qu'à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle... Sorties d'usage ou encore vivaces, les expressions réunies dans cet ouvrage, sont une véritable source d'informations, un trésor d'idées et de comparaisons. On y découvrira la date d'apparition de chaque gros mot et sa signification, mais aussi son évolution dans le temps, ainsi que toutes les expressions et créations pittoresques qui ont pu naître par la suite et qui ont abouti à des jurons ou injures. Cette histoire passionnante et totalement inattendue débute depuis l'origine de la langue française, avec Rabelais, et se poursuit jusqu'à nos jours, avec l'argot moderne et l'argot des banlieues, en passant par la littérature érotique. Ces mots appelés "gros mots" relèvent du domaine de la sexualité et de la confrontation des deux sexes. On pourra ainsi trouver des locutions comiques d'argot construites à partir de dérivés. Tous les tabous, mots interdits, ou censurés, auront leur explication. En dehors de son aspect anecdotique, ce livre hors du commun présente un intérêt linguistique, psychologique et sociologique en révélant la relation entre les mots et les choses, les modes et les lois de développement d'un vocabulaire. Pas moins de 300 mots différents réunis dans cet ouvrage désignent l'acte sexuel, environ 250 désignent le sexe de l'homme et autant celui de la femme... Une étude sérieuse qui n'empêchera pas le lecteur de rire à l'appréciation d'expressions tout à fait surprenantes.

Biographie de l'auteur
Patricia Vigerie, journaliste et écrivain, a déjà écrit plusieurs ouvrages. Passionnée de linguistique et d'étymologie, elle aime à traiter des sujets originaux qui sont le fruit de recherches minutieuses.


W

X

Y

Z